Parapluie : un achat sans pépin !

A peine ce jourel lancé, qu’un premier challenge s’est offert à moi : l’anniversaire de mon frère.

Sans trop d’idées, je finis par découvrir que ce dernier cherche un parapluie. Mais pas n’importe quel parapluie : de grande taille, non pliable, couleur sombre, poignets en bois. Bref, il cherche un parapluie de vieux.

J’accepte donc la mission avec d’autant plus d’enthousiasme que nous venons de lancer le jourel.

Premier réflèxe : la Grande Distribution et les grands magasins

Après un petit tour rapide sur internet, il semble que les modèles premiers prix soient autour de 20€. Inutile de vous préciser qu’ aucune information sur la provenance n’est indiquée  pour ces produits. Impossible pour moi de craquer dès le début de la recherche et d’acheter n’importe quoi.

Je pars donc avec encore beaucoup d’espoir aux Galeries Lafayette. Pour vous dresser le tableau, il est 19h30, je suis sorti du boulot en courant pour arriver avant la fermeture, j’ai fait bus, tramway et RER. En résumé : je transpire.
Parmi la horde de touristes, j’arrive douloureusement à me frayer un passage jusqu’au rayon accessoires. Et à ma grande surprise, il n’y avait que des parapluie de grande distribution (isotoner, etc.), pas chers et made in china.  Je continue mon errance trois quarts d’heure dans les boutiques de marques. Finalement, je ne trouve qu’un parapluie pliant Burberry. Autant dire que je fais chou blanc.

Deuxième réflexe : La recherche de made in France sur internet

Je ne baisse toujours pas les bras, et dès mon ordinateur retrouvé, je vais sur ma bible du made in France : la fabrique hexagonale.

Sur ce site internet, il y a entre autres, des catalogues de marques qui produisent en France. Un petit article explique ce qui est produit en France et ce qui ne l’est pas pour chaque marque.

Le principal désavantage de ce catalogue, c’est qu’on ne trouve que du made in France (forcément), et pas du tout de made in italy, germany, england, etc. On se trouve donc souvent avec des marques plutôt haut de gamme, et peu, voire aucune, marque de premiers prix.

Outre les parapluies de Cherbourg, je trouve d’assez nombreux liens pour des parapluies …. mais autour de 100€!!! Ça fait un peu cher pour un parapluie, surtout quand ce n’est pas pour soi. Cependant, on ne peut pas dire que ma recherche est inutile. Le site internet de parapluie paris m’instruit sur ce que veut dire le Made in France dans leur filière et la démarche assez responsable qu’ils promeuvent.

Je repars assez convaincu par leur réflexion, mais c’est hors de question de mettre 91€ sur la table pour un parapluie de vieux.

Troisième réflexe : La recherche de tout et n’importe quoi sur internet

Je décide de continuer mes recherche sur google. Et là, après 20 bonnes minutes de doute, dieu m’est apparu sous la forme d’un lien hypertexte : C’est l’automne. Passez voir Pep’s, réparateur de parapluies…

Cette petite boutique parisienne est tenue par un homme qui fabrique des parapluies, en revend, et en répare. Oui mesdames, oui messieurs, il répare ! Voilà une personne que la société consumériste n’a pas encore totalement usé.

Je me suis donc rendu chez ce sage, accompagné de mon frère pour ne pas faire d’erreur sur le choix du parapluie. J’espérais de tout cœur que les parapluies ne seront pas encore à 100€. Parce que franchement, je n’ai pas envie de lui offrir une paire de chaussette (bleuforêt), ou un bloc de foie gras (du sud ouest)…

Nous voilà donc un samedi matin, dans un petit passage parisien, devant cette devanture de magasin.

photo de peps

Je suis pris entre deux réactions :

1 – Qu’est-ce qu’il est beau ce magasin !
2 – Ça y est, je suis définitivement un bobo.

J’évacue rapidement le deuxième point. Et décide de sonner comme indiqué sur la porte pour que le patron descende de son atelier.

Nous nous retrouvons dans une petite boutique, avec des parapluies partout, et le patron qui raconte chacun de ses parapluies comme une histoire d’amour de jeunesse.

Bilan de ma visite chez pep’s :

Achat d’un beau parapluie avec 10 baleines et le manche en merisier pour 56€. Un vrai parapluie de vieux, mais de fabrication française !

photo du pépin

L’avis de Tommy :

Tout d abord, le parapluie m’a plu (cette phrase est écrite sous la dictée d’un autre auteur de ce jourel). Il est vraiment  beau et semble de très bonne facture.

Cela explique certainement le prix qui me semble assez élevé pour un parapluie. Mais était-ce vraiment faisable de trouver un beau parapluie, fait dans de bonnes conditions, et pas cher ?

Enfin, je reste émerveillé devant cette boutique, son patron, et ses produits. Certains sont superbes, même si les essences de bois proviennent parfois des quatre coins de monde et que le prix peut vite devenir prohibitif.

Pour ceux qui souhaiteraient y trouver leur bonheur, vous la trouverez au Passage de l’Ancre dans le 3ème arrondissement de notre belle capitale.  Il y a des parapluies pour tous les goûts, mais pas forcément pour toutes les bourses : PEP’S.

Raisonnablement,

Une réflexion sur “ Parapluie : un achat sans pépin ! ”

  1. Pour info, Aurillac est la capitale européenne du parapluie. L’entreprise Piganiol (35 employés) fabrique des parapluies de très belle finition (et je vous épargne les jeux de mots scabreux sur la « finition »), pour des prix allant de 50 à plus de 100 €, sous le nom L’Aurillac. Madame et moi-même en possédons un chacun, manche en cuir et manche en bois (les Emma Peel et John Steed des jours humides), au tarif de 55€ l’unité.
    Lesdits parapluies ayant été achetés dans une boutique de l’Ariège, on peut penser que ce genre d’article est facilement trouvable un peu partout en France…

    On peut aussi commander en ligne : http://www.laurillac.fr (Il me semble avoir payé moins cher en magasin que les prix affichés en ligne).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *