Au niveau de la ceinture

L’histoire que je vais vous conter va vous laisser entrevoir le bon et le moins bon de ma recherche de produits raisonnés.

Cette histoire, c’est l’histoire de l’achat d’une ceinture.

La question

Tout d’abord, la première question que tout le monde doit se poser le matin en se levant : Est-ce que j’ai vraiment besoin d’une ceinture ?

Pour ma part, la réponse était oui. J’ai bien des ceintures pour mes dimanches, une ceinture pour costume, mais aucune ceinture pour aller au travail.

Mon anniversaire étant dans cette période de l’année, j’ai décidé de faire d’une pierre deux coups et demander à ma bien-aimée une ceinture comme cadeau d’anniversaire.

La démarche

Comme mon cahier des charges de raisonneur est assez strict, j’ai réalisé la plupart des recherches pour ne pas faire de ce cadeau un fardeau. Et comme d’habitude, une offre de luxe existe bel et bien avec l’inévitable Louis Vuitton qui produit ses ceintures en cuir en Catalogne. La qualité est effectivement au rendez-vous, tout comme le prix.

Je décide donc de passer mon chemin et chercher l’offre Made in France sur la Fabrique Hexagonale. Vous verrez tout au long de ce blog que c’est une étape récurrente à toutes mes recherches. J’y trouve quelques ceintures assez chères dans l’ensemble (autour de 100€).

Je continue quand même ma recherche dans les magasins pour voir ce qu’on peut trouver ailleurs. Dans les grandes enseignes, on trouve globalement assez facilement des ceintures en cuir Made in Italy. J’en ai même trouvé dans un magasin Levi’s, pas particulièrement réputé pour son utilisation de main d’oeuvre payée à son vrai prix.

Enfin, ayant “la chance” d’habiter dans notre belle capitale, j’en ai profité pour aller dans un magasin raisonné : Le Centre Commercial.

Le Centre Commercial

Le Centre Commercial, c’est le magasin des hipsters parisiens en quête d’achats raisonnés. Dans ce magasin, la concentration de moustaches au mètre carré est hallucinante, les bonnets sont vissés sur la tête des clients même en plein mois d’août et les lunettes se portent même sans problèmes de vue. Il est donc important de noter que les vêtements sont ciblés pour cette clientèle et qu’il faut faire le tri, en trouver des mettables.

Passé cette première impression de monde parallèle, il est important de s’intéresser à la démarche menée par les gestionnaires. Les marques mises en magasins sont réfléchies. On y trouve ainsi beaucoup de Made in France (Bleu de Paname, Saint-James, Repetto), mais pas seulement. Des produits équitables, ou réfléchis, sont aussi mis en valeurs. C’est comme ça que l’on y trouve les baskets Veja ou encore des jeans Maked Famous (tissés au japon, fabriqués au Canada).

Même si tout n’est pas parfait, comme le prix souvent très élevé ou encore le bilan carbone de cette dernière marque de jean, la démarche est louable. C’est d’autant plus vrai, que contrairement à l’achat sur Internet, on peut essayer les produits, demander conseil aux vendeurs, etc. Ce magasin ne dispense donc pas de réflexion, mais la facilite grandement.

C’est donc ici que ma compagne et moi-même avons trouvé notre bonheur : une ceinture en cuir noir Le Sellier pour la modique somme de 56€.

La faille

L’histoire serait belle si elle s’arrêtait là. Malheureusement ce n’est pas le cas. Je vous ai dit que j’avais des ceintures plus ou moins pourraves pour mes week-end, mais il en manquait une dans ma garde robe : la ceinture qui permet de cacher des billets en vacances dans les pays pas trop sécurisants !

C’est ainsi que la veille d’un départ en voyage, j’ai craqué pour une ceinture de ce type pour le modique somme de 10€ chez Nature et Découverte. L’achat était motivé par le sentiment de sécurité qu’il procure à mon tempérament d’inquiet. Inutile de vous dire que ce sentiment de sécurité a été fabriqué en Chine. Le décision s’est prise un peu dans l’urgence (deux jours avant le départ), sans avoir pris le temps de voir si des produits fabriqués dans des pays à coûts justes existaient.

Inutile de vous dire que je ne suis pas fier, et que ne pas décrire cet achat dans notre jourel m’a traversé l’esprit. Mais une fois n’est pas coutume, j’ai choisi la transparence.

Conclusion

Vous comprendrez aisément que je suis partagé entre le sentiment du devoir bien fait pour la ceinture Le Sellier et par un sentiment d’être tombé dans le panneau des produits utiles à deux balles de Nature et Découverte.

Cela montre qu’il faut continuer la lutte contre le manque de transparence, et surtout contre nous-mêmes.

Raisonnablement.

Une réflexion sur “ Au niveau de la ceinture ”

  1. Et dire qu’à une époque (qui va bientôt avoisiner la décennie d’ancienneté, ce qui ne nous rajeunit décidément pas) l’auteur sortait en boîte avec une centure bicolore « Turkey », achetée 2€ sur le trottoir à un Nigérian… Le monde change.
    Pour info, selon ma nouvelle Bible du quotidien « Le Guide des Produits Made In Emploi » (Charles huet, Ed. du Puits Fleuri, régulièrement épuisé) que la rédaction de raisonnons.fr doit sans doute avoir pour oreiller, la Maroquinerie 100% française est exclusivement luxe (Hermes, Vuitton, Longchamp). Pour un prix voisin de la ceinture Le Sellier, j’ai touché une ceinture The Kooples (en démarque), Made in Belgium…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *